33 ans (et quelques jours…)

A chaque anniversaire, j’aime me poser et prendre le temps de regarder en arrière.

Admirer, observer ce qui s’est passé les 12 derniers mois, le chemin parcouru (ou parfois pas).

Et l’année de mes 32 ans a incontestablement été l’année où il y a eu le plus de changements et d’évolutions dans ma vie autant pro que perso.

Mais avant d’en arriver là, à la finalité de tous ces changements, il y a eu du chemin à parcourir. Et ce ne fut pas sans peine.

Il y a tout juste un an j’étais en plein brun out. Vacillante, en équilibriste sur le fil de ma Vie faisant tout pour ne pas (totalement) tomber, sombrer le moins possible. Je me retenais comme je le pouvais pour ne pas toucher le fond.

J’avais peur. De l’inconnu. Moi qui aime que tout soit prévu, organisé à l’avance, savoir où je vais.

Là je ne savais pas ce que j’allais devenir professionnellement parlant. Je ne savais pas dans quel état psychologie je serais dans 1 semaine, 1 mois, ni même le lendemain. Est-ce que j’allais réussir à aller faire mes courses sans faire une crise d’angoisse ou, au contraire, est-ce que ça allait être une meilleure journée que la veille et que j’allais même réussir à décrocher un sourire ?

L’inconnu m’ouvrait grand les bras.

Je ne savais rien.

Enfin si. Je savais (et j’ai toujours su) que RIEN n’arrive pas hasard, qu’il y a une raison à TOUT.

Que le tout est de réussir à comprendre les messages qu’on nous envoie (les messages peuvent être si différents : les événements, les gens qu’on rencontre, le corps qui parle, les coïncidences qui pointent leur nez à répétition mais qui sont au final tout sauf du hasard)..

Alors, au fond de moi, je savais que c’était qu’une passade, que ça allait s’arranger (mais quand ?) et pour du mieux (vers quoi ?) et surtout comment ?

Parce que les épreuves qu’on nous envoie sont faites pour rebondir et s’élever.

Ça c’est la théorie. Ma philosophie de Vie. Je crois fort en ma bonne étoile (certains l’appellent l’Univers ou Dieu, à chacun de nommer cette force comme vous le souhaitez). Je sais qu’elle est là pour me guider vers le bon chemin, celui qui est le mien, là où je dois être pour continuer d’être pleinement heureuse et épanouie.

Mais dans la pratique je reçois rarement un mail de ma bonne étoile me disant « Salut, tu trouveras en pièce jointe le plan d’action, tout est détaillé dans les moindres détails, tu n’as plus qu’à l’appliquer ». Ca serait si simple (trop ?).

Alors le plus dur, c’est de comprendre. Pourquoi il m’arrive ça ? Et maintenant, qu’est-ce que je fais ? C’est quoi le bon chemin ?

Dans ma tête, je me visualisais, au milieu de champs immenses. Au croisement de pleins de chemin. J’étais au milieu et j’étais incapable de savoir quel chemin prendre. Parce que j’étais incapable de savoir lequel menait où, lequel était le bon.

Je me souviens de ce qu’une de mes amies m’a dit à ce moment là : « tu n’es pas à un croisement mais à un rond point, peu importe le chemin que tu prends, tu pourras toujours refaire un tour de rond point et en prendre un autre s’il ne te convient pas ».

Un an après, je me dis que j’ai bien fait de quitter le chemin sur lequel j’étais pour en prendre un autre.

Même si j’ai eu peur comme jamais dans ma Vie, ça en valait sacrément la peine. Parce qu’aujourd’hui je me sens bien, juste bien et ça, ça n’a pas de prix. Le Bonheur & l’épanouissement n’ont pas de prix. Surtout pas celui d’un CDI réconfortant aux conditions pas trop dégueulasses.

Et à côté de ça, il y a aussi eu des changements niveau perso.

J’ai vendu mon appartement, j’ai changé de ville, emménagé mon chéri puis 4 mois après, nous avons déménagé dans la nouvelle maison.

A présent, tous les matins on se souhaite une bonne journée en s’embrassant, on se retrouve tous les soirs après le boulot pour se raconter notre journée, on s’endort dans les bras l’un de l’autre, on débat pour choisir le programme TV, on construit notre cocon d’amour, on se met d’accord sur l’odeur du « sent bon » des toilettes, sur le type de pâtes à acheter (spaghetti ou fusilli ?), il se met à faire des câlins à Ina (et j’en deviens jalouse).

Bref on apprend à vivre à 2, à faire des trucs à la con de Vie à deux et bordel que j’aime ça !

Ma 32ème année a été si dingue de changements.

Mais m’a tellement apportée. Au-delà, du « concret » j’ai aussi acquis de la confiance en moi, de l’amour envers moi-même, envers mon corps, j’ai appris à prendre soin de mon âme, j’ai pris conscience que le Bonheur est ma priorité, peu importe les décisions à prendre.

« Trouve des gens, trouve du temps, trouve des moments-clés
Trouve des rêves, trouve des trêves, trouve des projets (trouve)
Trouve des lieux, trouve des creux, des bras qui te rassurent
Trouve les cieux, trouve le pieu pour briser ton armure
Trouve la chance et l’innocence quand elles croisent ton chemin
Et prend l’absence pour ce qu’elle est, l’envie de quelqu’un, l’envie
C’est tout c’qui compte, il faut l’alimenter
Et si ça monte en toi, il faut laisser monter »
L’envie / Ben Mazué

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :