Inside me

L’anxieuse que je suis est à son paroxysme depuis quelques jours. Depuis la déclaration de guerre de la Russie à l’Ukraine.

J’ai l’impression de me revoir au début de la période Covid. Quand le virus n’était pas encore sur le territoire français mais qu’il apparaissait en Chine. Quand je lisais tous les articles existants, quand je regardais des heures de reportages anxiogènes, quand j’ai commencé à mal dormir la nuit, à pleurer (beaucoup), à ne plus oser aller chercher mon courrier.

J’ai peur.

J’en fais des cauchemars la nuit. Que mes frères & mon chéri sont appelés à la guerre. Qu’ils ne reviennent jamais.

Je pense à ces gens qui sont en train de fuir leur maison, leur pays. Je me dis que ça pourrait être moi.

Qu’est-ce qui fait que moi je suis née ici ? En France dans un environnement privilégié ? Alors que d’autres sont nés dans un pays du tiers monde, que certains ne mangent pas à leur faim et que d’autres ont pour mission de fuir pour rester en Vie. On a beau dire, non, on ne nait pas tous libres et égaux.
Et moi je suis là… A mettre en carton tout ce que j’accumule depuis tant d’années alors que d’autres n’ont plus rien.

Et je culpabilise. Et je me sens bien inutile. Et je m’en veux.

Comme un signe (en tout cas je le prends comme ça) depuis hier je n’ai plus de télé. Terminé le journal de 20H, terminé les chaines d’info en continue et c’est peut-être pas plus mal pour ma santé mentale. Parce que chacun réagit comme il le veut (et surtout comme il le peut). Que moi j’ai compris que je ne devais pas me laisser envahir ; en tout cas choisir de gérer le flux d’informations qui vient en moi et ce que je veux en faire. Je m’accroche à des choses futiles qui me font du bien : écouter de la musique, lire un roman léger et feel good, écouter des podcasts, boire du thé, faire des câlins à mon chat.
Et quand je le décide et de la façon dont je le décide, je m’informe (les comptes insta d’actualité que j’affectionne le plus : HugoDecrypte, Raphael Glucksmann, Konbini).

Pour les écorchés, les hypersensibles, les cœurs sur pattes, pour ceux qui n’ont pas de carapace et se prennent tout en pleine tronche (les ondes, les énergies, les nouvelles), pour les empathiques, les éponges, il est primordial de prendre soin de son âme. Créons cette bulle qui nous fait du bien.

Hier j’ai trouvé une association sur Saint-Nazaire qui organise une collecte pour ensuite envoyer en Ukraine. A mon humble niveau, je suis allée faire des courses et je leur ai déposés. Et je suis partie du local en pleurant. Parce qu’il reste malgré tout de l’humanité dans ce monde et (peut-être utopiquement) je veux croire que ce sont ces valeurs qui vaincront.

Je terminerais en reprenant les mots de May que j’affectionne tant :

Prenez soin de Vous, Vous êtes précieux ❤

XXX

Ophélina

Rejoignez moi sur Instagram

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :